Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 09:56

 

 

 


Gustave Moreau, Salomé


Les figures de femme fatale empruntées à la mythologie, comme Méduse, le Sphinx (ou plutôt les sphinges), Médée, les sirènes, ou encore les vampires (qu’on pense au Vampire de Baudelaire) obsèdent nombre d’écrivains de la seconde moitié du XIXe siècle. Ces femmes à la beauté troublante et inquiétante, à la sexualité meurtrière, s’opposent à l’image tout aussi répandue de la mère modèle.

Parmi ces femmes fatales, la princesse juive Salomé a cristallisé les passions de grands écrivains et artistes de l’époque. Sur la demande de sa mère, Hérodiade (ou Hérodias), Salomé danse devant son beau-père Hérode Antipas pour obtenir la tête de saint Jean-Baptiste. D’un côté elle représente la sexualité mortelle (sa mère Hérodiade, qui la manipule en vue de se venger de Jean-Baptiste, est d’ailleurs elle-même une femme fatale), d’un autre elle conserve une certaine innocence, un côté enfantin. Les Evangiles la peignent plutôt comme une jeune fille irresponsable. Voilà une ambiguïté à même de créer un personnage voluptueux, troublant, dont l'orientalisme ajoute à l'attrait exercé.


La Salomé moderne naît avec la Salammbô de Flaubert. Gustave Moreau, qui avait déjà abordé le thème de Jean-Baptiste dans plusieurs tableaux, admira le roman. La lecture de Salammbô le fit passer du Baptiste à Salomé : il réalisa plus de soixante études de la princesse.


Curieux jeu d'inspiration mutuelle, Flaubert fut à son tour impressionné par certaines de ces œuvres et il revint à ce thème. Il écrivit sa version de l’histoire de Salomé (« Hérodias », dans Trois Contes, 1877) l’année où Moreau présenta son œuvre au Salon. Son intérêt se porta bientôt sur les rapports d’Hérode et d’Hérodias, et surtout sur la jalousie que ressent cette dernière à l’égard de sa fille. Car Hérode voit Salomé, et il tombe sous son charme : elle lui rappelle Hérodias jeune.

 

« Sans fléchir ses genoux en écartant les jambes, elle se courba si bien que son menton frôlait le plancher ; et les nomades habitués à l'abstinence, les soldats de Rome experts en débauches, les avares publicains, les vieux prêtres aigris par les disputes, tous, dilatant leurs narines, palpitaient de convoitise. Ensuite elle tourna autour de la table d'Antipas, frénétiquement, comme le rhombe des sorcières ; et d'une voix que des sanglots de volupté entrecoupaient, il lui disait - « Viens ! viens ! » - Elle tournait toujours ; les tympanons sonnaient à éclater, la foule hurlait. Mais le Tétrarque criait plus fort « Viens ! viens ! Tu auras Capharnaüm ! la plaine de Tibérias ! mes citadelles ! la moitié de mon royaume ! » Elle se jeta sur les mains, les talons en l'air, parcourut ainsi l'estrade comme un grand scarabée ; et s'arrêta brusquement. Elle ne parlait pas. Ils se regardaient. Un claquement de doigts se fit dans la tribune. Elle y monta, reparut ; et, en zézayant un peu, prononça ces mots, d'un air enfantin.- « Je veux que tu me donnes dans un plat... la tête... » Elle avait oublié le nom, mais reprit en souriant : « La tête de Iaokanann ! » Le Tétrarque s'affaissa sur lui-même, écrasé. »


Les manières enfantines de Salomé, son zézaiement, tranchent avec la lascivité de sa danse. Voilà qui a dû troubler plus d’un lecteur... Flaubert retrouve avec ce conte le style flamboyant (si différent du style "éteint", comme il disait lui-même, d'autres de ses textes) qui caractérisait Salammbô.


Dans son fameux roman A rebours (1884), Huysmans décrit maintes oeuvres littéraires et artistiques, et notamment les deux œuvres de Moreau que Flaubert admirait tant. Le héros, Des Esseintes, est un décadent reclus dans sa fastueuse demeure, entouré de livres rares (à lire les pages fameuses sur Baudelaire) et d’objets d’art, parmi lesquels les deux toiles de Moreau. La princesse symbolise le mal pour Des Esseintes. Ceux qui ont lu le livre et connaissent le personnage ne s'étonneront pas que cela le fascine...


 
Avec Mallarmé, la figure symbolique de Salomé évolue encore. L’idée de Mallarmé était de composer une œuvre qui illustrerait un nouveau type de vers. Il veut en effet « peindre, non la chose, mais l’effet qu’elle produit ».

 


Oui, c’est pour moi, pour moi que je fleuris, déserte

 !

 

Vous le savez, jardins d’améthyste, enfouis

Sans fin dans de savants abîmes éblouis,

Ors ignorés, gardant votre antique lumière

Sous le sombre sommeil d’une terre première,

Vous, pierres où mes yeux comme de purs bijoux

Empruntent leur clarté mélodieuse, et vous

Métaux qui donnez à ma jeune chevelure

Une splendeur fatale et sa massive allure !

Quant à toi, femme née en des siècles malins

Pour la méchanceté des antres sibyllins,

Qui parles d’un mortel ! selon qui, des calices

De mes robes, arôme aux farouches délices,

Sortirait le frisson blanc de ma nudité,

Prophétise que si le tiède azur d’été,

Vers lui nativement la femme se dévoile,

Me voit dans ma pudeur grelottante d’étoile,

Je meurs !
(...)


L’inachèvement de ce poème, intitulé Hérodiade, incita peut-être Oscar Wilde, qui avait rencontré Mallarmé, à écrire sa propre version de l’histoire, et cela en français. Les textes de Huysmans et de Flaubert avaient en outre éveillé son intérêt pour ce thème. Wilde envisagea Salomé de la même façon que Des Esseintes : « Sa soif de plaisir doit être infinie, et sa perversité sans limite. »


« Ma Salomé, a dit en outre le grand écrivain anglais, est une sœur de Salammbô ». Dans une perspective plus large, on voit que le personnage de Salomé a inspiré les plus grands (Massenet, Laforgue, Apollinaire se sont également penchés sur son histoire), et la princesse vivant au Ier siècle fut finalement une des premières femmes fatales de l’ère moderne, grâce au génie de ceux qu'elle a fasciné.


Partager cet article

Published by Nicolaï - dans Romans et nouvelles
commenter cet article

commentaires

Jewells lover 25/04/2009

Tiens, j'y repensais a l'instant : on pourrait egalement citer un personnage de l'abbe Prevost dans un roman qui finit (mal) chez les indiens d'Amerique : Manon la squaw.
Sans doute pas femme fatale comme Herodiade, mais elle a de quoi donner envie au chevalier des Grieux d'aller se pendre toutes les cinq minutes...

Jewells lover 25/04/2009

En parlant de l'un de mes chouchous Oscar Wilde, je ne resiste pas au plaisir de publier ici la preface de sa piece Salome qu'il a dediee, semble-t-il, a la femme de l'auteur de "Dracula" (sauf erreur de ma part) :
"My dear Florence,

Will you accept
a copy of "Salome"
my strange venture
in a tongue that
is not my own -- but that
I love as one loves
an instrument of music
on which one has not
played before. You
will get it, I hope
tomorrow, and I hope
you will like it.

With kind regards to Bram,

Believe me, always
Your sincere friend,

Oscar Wilde"

Cet hommage a la langue francaise, de la part de l'un des plus grands esthetes du dix-neuvieme siecle, est l'un des plus beaux que je connaisse.

Jewells lover 25/04/2009

Et puisque l'on parle du deroutant et superbe poete Mallarme, voici, a mon sens, l'un de ses plus beaux poemes, "apparition" (le titre me parait bien choisi, vu le theme de cet article, meme s'il n'a aucun rapport avec le tableau de Moreau :

La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs
Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs
Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles.
—C’était le jour béni de ton premier baiser.
Ma songerie aimant à me martyriser
s’enivrait savamment du parfum de tristesse
Que même sans regret et sans déboire laisse
La cueillaison d’un Rêve au coeur qui l’a cueilli.
J’errais donc, l’œil rivé sur le pavé vieilli
Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
Et dans le soir, tu m’es en riant apparue
Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées.


J'aime particulierement ce dernier vers, "Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées".
L'un de nos plus grands poetes, vraiment...

Et que dire de cet "eventail de Madame Mallarme"? :

O rêveuse, pour que je plonge
Au pur délice sans chemin,
Sache, par un subtil mensonge,
Garder mon aile dans ta main.

Une fraîcheur de crépuscule
Te vient à chaque battement
Dont le coup prisonnier recule
L’horizon délicatement.

Vertige! voici que frissonne
L’espace comme un grand baiser
Qui, fou de naître pour personne,
Ne peut jaillir ni s’apaiser.

Sens-tu le paradis farouche
Ainsi qu’un rire enseveli
Se couler du coin de ta bouche
Au fond de l’unanime pli!

Le sceptre des rivages roses
Stagnants sur les soirs d’or, ce l’est,
Ce blanc vol fermé que tu poses
Contre le feu d’un bracelet.


Quelle femme pourrait resister a un tel poeme s'il lui etait dedie? Sans doute pas Madame Sabatier...

Jewells lover 02/05/2009

Tu as oublie la fin de la citation!
"... et Valery qui a enfante Houellebecq"
Tu preferes comme ca?
Comme disait l'autre, ca va cresecendo...

lili 19/05/2009

.... Ok, heureusement que vous avez déconné à la fin des comm', parce que je ne me sens pas trop le niveau pour y contribuer, là T.T

Donc, juste un rapide message^^
C'est un thème super intéressant et auquel j'espère que tu apporteras d'autres précisions un jour^^
Salomé est un très bon personnage, je comprends qu'elle ait tant inspiré les artistes^^


(Sinon... Rien à voir, mais... Des poèmes sur le TGV?! Vous êtes pas sérieux là, si? :p)

Présentation

Recherche

Pages

Mes Livres Et Catégories